La situation mi-avril

 

Par un beau jour Dimanche d'avril Elisabeth  découvre Léoncel, son site magnifique son abbatiale...
elle se réjouit déjà le la halte, de l'accueil.. du séjour peut-être ?...
Une abbaye...dans un tel écrin !

A peine descendue de son véhicule elle s'empresse vers le panneau maladroitement pitonné  et en toute illégalité sur la façade du bel édifice ...
elle y lit entre autre que personne n'est en droit de faire visiter l'édifice...
qu'une Madame Françoise Giraud n'a plus aucune responsabilité à Léoncel...
que l'association COSME n'est pas reconnue...

bizarre se dit-elle intérieurement... il y a certainement une secte qui a tenté de squatter le lieu à son profit...

ah ! mais heureusement  la liturgie des heures est célébrée !... l'horaire en témoigne... voyons...14 heures...c'est none...entrons !

elle pousse la lourde porte... tout est sombre...pas la moindre résonance d'un chant...une odeur de moisi...des coffres ( nouvelles stalles installées à grand frais par le "coucou") trônent dans le choeur...

Dépitée elle ressort...fait quelques pas hésitants...aussitôt  assaillie par l'araigne noire du lieu...onctueux et curieux comme à l'habitude... qui la bombarde de questions indiscrètes...

Elle s'étonne auprès du " faux moine" de l'absence d'office...qui pourtant sont prévus
" -Venez donc à la maison St Hugues lui rétorque-t-il... il y fait plus chaud qu'ici... j'ai tout restauré et aménagé...vous y serez au mieux !"

Pas très rassurée  à vrai dire ...elle suit le "tondu" qui pousse déjà la porte et  se fraye un passage au milieu du désordre qui règne désormais dans la pièce qui sert de "sanctuaire"...

elle qui pensait trouver l'ordre méticuleux et entretenu sentant bon l'encaustique des intérieurs monastiques... 
là sur le bar et au milieu des verres sales s'étire une étole...sous la table bancale qui sert d'autel la bouteille remplie de vin de messe gît renversée... serviette, patène et calice se battent au coin de la table-autel...le lectionnaire lui même a chu de son lutrin...le tout au milieu de chaises en désordres et de vieux posters décollés... le tout dans une atmosphère enfumée ! quelle ambiance ! l'antre d'un apostat à coup sûr !

"-Mais où donc sont les autres frères se risque-t-elle?"

"-Oh il y a que moi ici !...je vais vous chanter nonne.. ! en latin ?
elle acquiesce... et le supplice de commencer, sans musique, sans respect.. sans pause...et pourquoi dans de telles conditions ?

Encore heureux lui avons nous dit  alors qu'elle nous racontait la chose qu'il ne vous ai pas proposé sortant de sa sieste dominicale la petite eucharistie sur le coin de l'autel comme il le fait habituellement...

Cette scène véridique  d'un dimanche à Léoncel nous a été contée sur place par l'intéressée  autour d'une bonne tasse chaude que nous lui avons offerte pour la réconforter...
scène ordinaire à Léoncel... où désormais la liturgie pure toc et l'escroquerie monastique remplace  la refondation toute  de simplicité et de vrai de Soeur Marie Françoise...

Comme dit cette dernière avec son sens de la formule :
Léoncel devenue pseudo-abbaye sans moine
pseudo-choeur monastique sans office
pseudo liturgie d'un moine escroc

Il est vrai que désormais notre "tartuffe" se lance dans le commerce installant à grands frais un super marché de bibelots "monastique" le long de la route en face de l'Abbaye...pour faire croire à un nouveau sanctuaire: un nouveau "Lisieux" ou un nouveau "Lourdes" dont il s'imagine être le recteur bien évidement ! Pauvre diable !

L'évêque lui demeure le grand muet même s'il commence à nettoyer les écuries d'Augias en éliminant son Vicaire général qui ne sera pas regretté et son responsable financier... qui aura désormais tout son temps disponible pour apprendre la politesse envers les personnes âgées et qu'il ne connaît que par oui-dire...deux pièces maîtresses du tartuffe qu'il va falloir combler...
l'évêque commencerait-il à y voir plus clair?

...en tout cas sa mudité demeure...et c'est inadmissible !

Car le "tartuffe" en profite pour jouer ses dernières cartes s'empressant de faire mettre aux normes le dortoir de St Hugues pour loger " certains invités" " à son profit" comme nous l'avons déjà signalé dans une précédente lettre...quand aux chambres d'hôtes qui devaient s'ouvrir elle ne pourront pas le faire avant la saison...
Les gites municipaux eux ne sont pas aux normes devraient être fermés...mais il est vrai l'argent manque ...et on songe à de nouvelles taxes...

Par ailleurs bien peu de réponses de à la multitude de lettres envoyées par nos soins... 
 quand il y en a ce sont le plus souvent des paroles, des encouragements...mais bien peu d'actes concret...

Triste appareil d'Église devenu sclérosé et dénaturé...

Pauvre soeur qui doit  tout subir sans broncher...

l'été sera triste à Léoncel

aussi votre aide,votre action,votre prière, votre passage pour rendre visite à la soeur  seront les bienvenues...

et nous continuerons à vous tenir au courant...car la lutte sera longue encore...mais la Vérité triomphera !

merci de m'avoir lu

 un frère responsable

suite